Achats / Emprunts / Prêts, Autour du livre

Fermeture des Editions Mythologica

Coucou,

 

Triste nouvelle pour les fans de littérature de l’imaginaire, une petite maison d’édition va fermer ses portes. Si vous êtes fans de Fantastique, Fantasy ou Science-fiction, vous pouvez encore vous procurer les textes en versions numériques ici (les versions papiers sont pour beaucoup épuisées).

Lire la suite « Fermeture des Editions Mythologica »

Adolescent / Young Adult, Fantastique, Lectures

Sonata par Emily Musso

ob_9e4156_3u-epgy9thk2chbxwji4-ye0zro

Editions Rebelle

Collections Chimères

E-book

Paru en 2014

Quatrième de couv’ :

Amy est une jeune fille de 16 ans tourmentée par le départ de son père. Elle vit avec sa mère à Peckham, un quartier populaire de Londres où elle consacre son temps à son groupe de rock. Passionnés de musique, Amy, Damian et Tyler rêvent de remporter le prochain GLK Tremplin Rock, un concours qui leur permettrait d’enregistrer un album dans le studio d’une grande maison de disques. Mais c’est sans compter l’arrivée d’Owen, un jeune Écossais audacieux qui s’amuse à semer le trouble. Malgré une adolescence palpitante, Amy ne parvient pas à s’épanouir. Hantée par de terribles cauchemars, traquée par les ombres, la jeune fille tente de comprendre ce qui lui arrive, mais elle va se heurter à de lourds secrets.

Lire la suite « Sonata par Emily Musso »

Autour du livre, PAL

Prochaines victimes de la PAL ≠2

Coucou,

 

Aujourd’hui, rapide topo sur les futures chroniques à venir sur les 2 mois qui viennent à peu près (vu le nombre de titres sélectionnés), peut-être que je m’y tiendrai…peut-être que je changerai certains titres ne me tentant plus sur le coup ou encore d’autres que j’intercalerai car ils me tentent trop ^^

Lire la suite « Prochaines victimes de la PAL ≠2 »

Fantastique, Lectures

Anges d’Apocalypse, T5 : La Caresse des Aurores par Stéphane Soutoul

anges-d-apocalypse,-tome-5---la-caresse-des-aurores-667346-250-400

Editions Rebelle

Collection Lune de Sang

372 pages

Paru en 2015

Quatrième de couv’ du T1 : Le Tourment des Aurores (pour ne pas trop en dévoiler) :

Deux corps pour une seule âme, impossible selon vous ?
C’est pourtant le fardeau que j’endure, suite à la malédiction lancé par un sorcier. Tout ça parce que j’ai eu le cran de refuser ses avances. Pour la peine je l’ai tué, mais en attendant quelle plaie !
Le jour je suis Samantha, Sam pour les intimes, une lycéenne ordinaire et anonyme parmi les autres filles de mon âge. À la nuit tombée, je réintègre ma véritable identité et l’enveloppe immortelle qui l’accompagne. Je redeviens alors Syldia, l’un des quatre cavaliers de l’Apocalypse connu sous le nom de Famine. Qui eut cru que moi et mes trois sœurs finirions par nous ranger ? Mieux, qu’une ex-meurtrière en proie à une perpétuelle soif de sang choisirait comme boulot celui de garde du corps ?
Un travail dangereux, soit dit en passant. La puissante cour des sorciers de Toronto a loué mes services pour assurer la sécurité de son Lord. Certains de leurs dissidents et des vampires semblent s’être mis en tête de le supprimer, un assassinat qui déterrerait la hache de guerre entre les deux factions rivales. Cette fois-ci, je n’ai pas le droit à l’erreur, même si mon côté humain n’a rien trouvé de mieux que s’enticher d’un étrange garçon, le genre craquant mais véritable source à problèmes…
Je vous le dit : pas facile de gérer deux existences à la fois !

Mon avis global de la série :

Et voilà, 1 an après avoir commencé cette série, je viens d’en fermer le dernier tome et je suis plutôt mitigée, je m’explique :

Lire la suite « Anges d’Apocalypse, T5 : La Caresse des Aurores par Stéphane Soutoul »

Fantastique, Lectures

Whitechapel par Sarah Pinborough

whitechapel-497670

Editions Bragelonne

Collection L’Ombre de Bragelonne

359 pages

Paru en 2014

Quatrième de couv’ :

Londres, 1888. Lorsque des cadavres de femmes mutilés sont repêchés dans la Tamise, le médecin-légiste Thomas Bond comprend qu un second tueur sévit dans les rues de Whitechapel. Or cet assassin paraît plus inhumain que Jack l Éventreur lui-même. Pour lutter contre ses insomnies, le docteur Bond passe ses nuits dans les fumeries d opium. Chaque nuit, un inconnu en noir vient examiner les rêveurs perdus dans les brumes opiacées. Pourrait-il être la clé du chaos qui s est emparé de la capitale ?

Mon avis :

J’avais lu la trilogie des Contes du royaume de Sarah Pinborough il y a bien 2 ans maintenant, j’aime énormément les réécritures de contes, elle en avait fait un truc génial et très riche où des personnages incarnaient plusieurs contes à la fois qui s’imbriquaient les uns dans les autres (les contes, pas les personnages quoique ^^), c’est donc les yeux fermés que je me suis dirigée vers ce nouveau livre de l’auteure et…

Je suis…déception….

En lisant la quatrième je savais que Jack l’Eventreur n’était pas le sujet et qu’il s’agissait d’une enquête parallèle mais entre le titre du livre et le personnage principal, je pense que beaucoup trop de choses m’ont donné l’impression que je voulais du Jack au final et rien d’autre, je ne sais pas comment dire, voyons :

Le personnage principal, le Dr Thomas Bond, chirurgien et médecin légiste, s’occupe des cadavres de Jack et du nouveau Tueur de la Tamise qui sème des bout de corps un peu partout, aux médecins de reconstituer le puzzle. Sauf que ce personnage est également toxicomane, il va dans des fumeries d’opium et je pense que c’est ce fait n’a cessé de me donner des réminiscences du film « From Hell » avec Johnny Depp (que j’aime énormément, c’est l’un de mes préférés) et qui a tout gâché, je n’ai jamais réussi à entrer dans l’histoire, m’attacher aux personnages, je voulais du Jack quoi…

Sans compter que les inspecteurs sont secondaires au lieu d’être au premier plan et que c’est le médecin qui fait l’enquête avec un médium et un prêtre bizarre…mouais et encore rien qu’en disant ça je crois que je spoile un poil le public là ^^ même s’il y a du sens au final dans ce choix qui mène à la conclusion mais chut !

Par contre, le truc malsain qui provoque la terreur de Londres était une bonne idée, limite ça mériterait une autre histoire et en Europe de l’Est cette fois-ci, là où le mythe de l’Upir prend racine, je  serais très intéressée d’en apprendre plus. Et quand on est dans la tête des victimes c’est bien écrit aussi (tout le livre est bien écrit d’ailleurs, c’est juste que l’histoire est lente, mais lente …)

En bref, seul le dernier quart du bouquin m’a intéressé le reste trainant en longueur et les problèmes du Dr Bond étant par trop redondants, j’ai fini ma lecture soulagée dans le sens (ouf, c’est fini, mauvais signe donc). Je le revends si ça intéresse quelqu’un avant qu’il rejoigne la pile pour Momox ^^

Je vous laisse un lien d’une blogueuse qui a adoré pour avoir un autre avis parce qu’il est quand même pas mal noté sur Livraddict : Si on lisait

Ce livre compte pour le Challenge de la Littérature de l’imaginaire.

8760376

Bonne lecture !

Fantastique, Lectures

Le Songe d’Adam par Sébastien Péguin

songe-adam

Editions de l’Homme sans nom

386 pages

Paru en 2011

Quatrième de cour’ :

Allemagne, Forêt-Noire, de nos jours.

C’est dans ce cadre magnifique que s’installent Hugo, chercheur dans le domaine des lettres, et sa fille Morgane, inventive adolescente. Mais la Forêt-Noire est également le cadre de légendes ancestrales, dont certaines seraient peut-être bien plus que de simples légendes…
Et lorsque Morgane commence à percevoir des choses qui ne devraient pas exister et que les fantômes du passé du père et de la fille semblent devenir plus que des souvenirs, l’horreur surgit, et les disparitions au cœur des bois trouvent une explication que l’esprit humain ne peut concevoir…

Mon avis :

Ce livre est sorti rapidement ma PAL pour une fois, acheté au Salon fantastique de février dernier, sa référence à Simetierre de Stephen King m’avait beaucoup intrigué. Une fois le livre refermé, je suis un brin mitigée (pour la 2ème lecture consécutive ça m’ennuie un peu…). Je m’explique :

Le manque de rythme est le point majeur en tout cas sur les 250 premières pages ce qui fait beaucoup quand même avant que l’action commence. 3 scènes majeures, la première à près de 100 pages qui fait planer l’inquiétude, les 2 suivantes à environ 190-200 pages et 300 pages plus gores l’une que l’autre, faut avoir le coeur bien accroché à partir de là…mais la pression retombe comme un soufflé après chacune des 2 premières scènes glauques.

Le pourquoi du soufflé : le père, Hugo, est un chercheur, il fait une thèse sur Dionysos et son parallèle avec Jésus et Dieu puis d’autres éléments viennent se surajouter aux premiers complexifiant petit à petit l’intrigue entre mythes, religions et philosophie, ces passages de recherche sont longs, en but avec des protagonistes qui soit cherchent à lui faire abandonner ses recherches soit lui donnent de la matière en racontant telle ou telle anecdote, tel document ou tel mythe dont Hugo ne savait rien. Ce sont ces passages très longs entre les courtes scènes d’action qui me font parler de « soufflé », ils coupent totalement l’élan du récit (bien que nécessaire, c’est le fond de l’histoire).

Sa fille, Morgane, a des jeux pour ses 15 ans qui me laissent perplexe, ils ne sont absolument pas en adéquation avec son âge pour jouer dans le sable de la carrière je trouve, a contrario, à d’autres moments elle a une force créatrice incroyable pour le dessin ou la poésie donc une plus grande maturité, peut-être la dualité entre l’enfance qui se termine et l’âge adulte proche… Hugo est hanté par sa défunte femme et à un moment elle lui reproche de ne pas avoir dit à Morgane toutes ses origines et à la fin du livre on n’est pas vraiment plus avancé sur ce point qui aurait pu être plus exploité.

Le final qui rattrape le tout : A partir de la 3ème scène beurk beurk ^^l’intrigue s’accélère et se démêle enfin pour notre plaisir, l’ambiance autour des protagonistes et de la Forêt Noire devient de plus en plus inquiétante comme je l’aurais souhaité depuis le début (ou bien je ne suis pas assez impressionnable ?? ^^) , entre les recherches d’Hugo qui aboutissent mais de façon inattendue lui laissant présager le pire, le drame concernant Morgane, les points de vue s’enchainent et se télescopent pour prendre un rythme effréné.

Les mélanges de mythologie grecque, nordique et chrétienne avec leurs ressemblances sont très intéressantes tout de même.

En bref, longuet mais bien glauque sur les 100 dernières pages, mitigée au final je m’attendais à une ambiance plus inquiétante tout du long du roman mais c’est une lecture qui s’est somme toute bien passée tout de même.

Ce livre compte pour le Challenge de la Littérature de l’imaginaire.

8760376

Bonne lecture !

Fantastique, Lectures

Il neige sur Encelade par Olivier Moyano

il-neige-sur-encelade-edition-du-chat-noir

Editions du Chat noir

Collection Griffe sombre

193 pages

Paru en 2014

Quatrième de couv’ :

Après avoir survécu au meurtre de sa mère, Steven est placé en institution et confié aux bons soins de Sylvère Murat. Une relation particulière s’établit peu à peu entre le psychologue et son patient de quatre ans, obsédé par le mystère du « chat qui s’allume », dernières paroles de sa défunte mère. Cependant, au fil des sessions, le thérapeute décèle dans l’ombre du garçon un énigmatique inconnu qui parle au nom du petit. L’étrangeté de ce phénomène atteint un point de non-retour le jour où l’enfant disparaît sans laisser de traces.

Pour Sylvère, le lien n’est pas pour autant rompu. Au contraire, une série d’inexplicables coïncidences vient le renforcer, poussant le psychologue à mettre sa vie routinière entre parenthèses afin de partir à la recherche de Steven.
Mais ce qu’il trouvera au terme de son voyage sera au-delà de toute imagination…

Avec ce roman aux accents Murakamiens, Olivier Moyano nous offre une fiction empreinte d’onirisme où l’on apprend qu’il n’est jamais trop tard pour trouver sa place.

Mon avis :

Dans la première partie de l’histoire, on retrouve Steven, 4 ans, qui raconte avec ses mots d’enfant ce qu’il a vécu chez lui et les derniers mots de sa mère entendue pendant la dispute conjugale qui reviennent comme un leitmotiv tout au long de son séjour au Foyer de l’enfance. Ces rendez-vous sont rapportés par un expert-psychiatre au début puis par Sylvère Murat, psychologue, fasciné par le petit garçon et l’étrangeté qu’il dégage.

On aurait pu croire que Steven aurait été le personnage principal mais finalement non. Tout le récit est porté par Sylvère, qui s’interroge sur l’étrange apparition qui se superpose parfois à Steven et parle avec sa voix, ce qui fait peur au psychologue et l’interroge beaucoup. Un jour, Steven trouve la réponse à sa sempiternelle question ce qui le peine énormément et le pousse à la fugue.

Sylvère se réveille avec une tâche blanche sur le visage et apprend dans le même temps la disparition du petit garçon. Il plaque tout et part à sa recherche mais au final c’est lui qui va se découvrir, la signification de sa tâche également. Dans cette deuxième partie, le récit devient très onirique avec des rencontres salutaires qui feront avancer notre héros dans sa quête personnelle.

J’ai beaucoup aimé les références entre Peter Pan et Dr Jekyll & Mr Hyde, les constellations contées par Lucie qui donne envie de se procurer un télescope pour voir tout ça. Au moment des explications très scientifiques sur une étrange machine, j’avoue avoir le cerveau qui a plié bagages pendant quelques pages mais heureusement ça ne dure pas. La référence à Murakami est exacte, c’est très poétique comme style.

Cette lecture compte pour le challenge Littérature de l’imaginaire.

8760376