Fantasy, Lectures

Aeternia, T1 : La marche du Prophète par Gabriel Katz

couv34916194

Editions Scrineo

Ebook

Paru  en 2015

 

Quatrième de couv’ :

Leth Marek, champion d’arènes, se retire invaincu, au sommet de sa gloire. Il a quarante ans, une belle fortune et deux jeunes fils qu’il connaît à peine. C’est à Kyrenia, la plus grande cité du monde, qu’il choisit de les élever, loin de la violence de sa terre natale. Lorsqu’il croise la route d’un culte itinérant, une étrange religion menée par un homme qui se dit prophète, l’ancien champion ignore que son voyage va basculer dans le chaos. À Kyrenia, où l’on adore la Grande Déesse où les puissants du Temple s’entredévorent, une guerre ouverte éclate entre deux cultes, réveillant les instincts les plus noirs. La hache de Leth Marek va de nouveau tremper dans le sang. Le plus violent des combats est celui que l’on mène contre ses propres croyances.

Lire la suite « Aeternia, T1 : La marche du Prophète par Gabriel Katz »

Fantastique, Lectures

Les Tangences divines par Franck Ferric

les-tangences-divines

Editions du Riez

Collection Brumes étranges

294 pages

Paru en 2011

Quatrième des couv’ :

Lorsque Théodule, égoutier à Paris, décide de lever le pied sur un job qui l’épuise et une vie de couple bancale, il espère pouvoir se la couler douce un moment. Mais c’est sans compter sur l’arrivée de deux vieilles gloires décaties persuadées que leur salut tient à la redécouverte d’un dieu antique, qui viennent frapper à sa porte pour le contraindre à leur prêter main forte.

Embringué dans une histoire qui le concerne sans doute plus qu’il ne l’imagine, l’égoutier croisera des nains ratatinés, des dieux amateurs de blues, des déchus à tête de chacal et des nymphes rapiécées. Autant de guides splendides et misérables, qui le conduiront aux confins des tangences divines.

Une chose est certaine : si les dieux de jadis ont salement perdu de leur superbe, ce sont toujours de fieffés escrocs.

Mon avis :

Le premier niveau de mon « autochallenge 4 livres lus, 1 acheté » a été validé et c’est ce livre que j’ai choisi. J’avais hésité n’étant pas super friande des titres « humour » qui m’arrachent rarement un sourire tellement c’est lourd (pour ceux que j’ai testé comme La Ménopause des fées et Bingo le Postitt). Bon, y a de la mythologie, allons-y gaiement, sait-on jamais.

Oups j’aurais mieux fait de m’écouter ^^

Le couple de notre héros bas de l’aile, Théodule se sauve à l’hôtel et se met en arrêt de travail. Entre un vieux clodo qui picole sans cesse et un collègue de travail, tous deux se révélant être des dieux grecs en déroute, vont lui faire passer un pacte, retrouver Pan.

Vu ce qu’a fait le bonhomme avant de disparaitre, je n’en vois pas l’intérêt mais les dieux grecs veulent sauver leur Domaine qui s’étiole, les divinités les plus fragiles s’endorment. Orcus, Silène et Dionysos utilisent donc Théodule pour parvenir à mettre la main sur le dieu Pan.

Nous les humains vivont sur le Plancher, et les dieux naissent, mutent et disparaissent selon notre ferveur à travers les âges. Rien n’est plus terrible pour un dieu qu’être oublié par ses ouailles. A notre époque sont apparus le dieu Dollar et Publicité ^^ (bon là j’avoue que cela m’a amusé tout de même). Même si j’ai aimé croiser Hécate et Odin c’est quand même à peu près tout ce qui est dommage. Pour cette naissance des dieux j’ai eu une pensée, pour ceux qui connaissent, de la saga Ji de Pierre Grimbert.

En bref, conviendra aux fans de lecture un peu burlesque type les livres de Gudule (comme La Ménopause des fées) ou de Terry Pratchett.

Bonne lecture !

Fantastique, Lectures

Felicity Atcock T5 : Les anges battent la campagne par Sophie Jomain

91sIDHtL57L._SL1500_

Editions Rebelle

Collection Lipstick

288 pages

Paru en 2015

Quatrième de couv’ :

La plupart des gens ont une famille bien comme il faut. Moi, non. Mon fils a des super pouvoirs, ma tante est un vampire, et mon père est gardé prisonnier en enfer.

Si j’avais eu le caractère de ma mère, je serais restée bien tranquille chez moi, mais manque de bol, je suis le portrait craché de mon géniteur. C’est pourquoi je vais aller le chercher au sous-sol, serrer la pince à Satan et lui faire faux bond dans la foulée.

Avec un peu de chance, je m’en sortirai indemne. Enfin… presque.

Mon avis :

C’est avec plaisir que je retrouve ma petite Felicity dans ce 5ème opus, cette douce tarée loufoque m’avait manqué ^^, on ne va pas se mentir, cette série c’est juste pour la déconne, une petite bouffée d’air frais qui fait du bien, zéro vraisemblance mais ce n’est pas grave.

Pour ne pas trop spoiler ceux qui ne connaissent pas, je vais juste faire un rapide topo sur ce que j’aime dans cette série :

Tout d’abord :

  • Le personnage de Felicity qui se fourre dans des situations invraisemblables et très bien entourée avec sa tante vampire psychopathe, un entre-deux égocentrique et joyeux connard, un ange pas très sage et diablement sexy et une meilleure amie aussi illuminée qu’elle…
  •  Stan, l’entre-deux, mi-ange mi-démon, imbuvable dans le T1 mais se révèle beaucoup plus profond dès le T2, un connard qui n’a qu’un seul but dans la vie et se servira de tout et de tous pour arriver à ses fins, même au pire, et le pire justement c’est qu’on lui pardonne car ça a beau être un mufle de première, il se plie en douze pour réparer ses tords ensuite mais ne les regrettera pas pour un sou s’il réussit à obtenir …
  • Terrence, l’ange droit dans ses bottes mais un peu fumier sur les bords je dirais, beaucoup trop réglo avec les règles et laisse Dieu parasiter sa vie et celle de Felicity parce qu’IL sait … pfff (bref, vous l’aurez compris, je suis pour la Team Stan ^^).
  • Daphnée et Stephenie sont deux nénettes qui me font bien rire, l’une avec ses sottises, l’autre avec ses « tenues », etc.

Chaque final de chaque tome donne envie de hurler de frustration en attendant la sortie du suivant et celui-ci ne déroge pas à la règle, je ne sais pas si mon petit coeur va se remettre de final-ci d’ailleurs, je vais me rouler sous la couette, adieu ^^

Bonne lecture !

Fantastique, Lectures

Vampires d’une nuit de printemps par Lia Vilorë

vampires-d-une-nuit-de-printemps

Editions du Petit Caveau

Collection Sang neuf

244 pages

Paru en 2012

Quatrième de couv’ :

Cher journal,

Désormais, mon nom est Fáil, Lía Fáil, et je suis un vampire.
Sans déconner ?
Punaise de pouvoir idiot, et tu réponds à l’écrit en prime !
Ben, depuis le temps, je sais que tu ne sais pas t’empêcher d’écrire tes tracas alors…
Ouais… pas faux…
Alors, vas-y, raconte…
En décembre dernier, je suis devenue un vrai vampire du genre « Kit complet sans les petits inconvénients ». Avec le sexy garde-du-corps écossais en prime.
Tu vas en faire des envieuses ! 
Ouais… surtout qu’à l’heure qu’il est, c’est le seul à ne pas vouloir ma tête pour un crime que je n’ai pas commis !
Qui est ? 
Toute ma nouvelle famille m’accuse d’avoir assassiné notre Maître, celui qui m’a créée. Mais je te jure : j’ai rien fait !
Ça me rappelle quelque chose…
M’en parle pas !

Mon avis :

L’humour décalé y a que ça de vrai pour se détendre. Après un pavé (Oraisons) et un bouquin limite dépressif (Diabolus in musica) j’avais envie d’un truc léger, qui mette le sourire et se lise tout seul sans prise de tête, tous ces défis ont été remportés haut la main par ce bouquin.

J’ai déjà lu la plume de Lia Vilorë dans une anthologie de cette même maison d’édition « Or & sang » avec la nouvelle « Le sang du soleil« , je me garde les autres références sous le coude, j’aime énormément son style.

Lia Fail est la nouvelle et 13ème vampire du Convent Orfhlaith dirigé par Maximilian. Transformée après un accident de bus, elle est emmenée à Los Angeles où vivent ses nouveaux compagnons. Malheureusement pour elle, son nom et son statut réveille un mauvais souvenir pour quelques uns des vampires et un piège va être fomenté pour son élimination.

J’ai beaucoup aimé la mythologie installée par l’auteure, les vampires s’appellent des Eternels et les humains sont des Mortels, pas de toute puissance du prédateur et de sa proie. Leur façon de procéder pour se nourrir de sang est sympathique. On retrouve beaucoup de références cinématographiques comme celtiques, et chacun des vampires a un don plus ou moins dangereux. Celui de Lia est de faire parler et entendre aux autres les objets qui l’entourent ce qui se révèle bien pratique à de nombreuses reprises.

Mon bémol sera pour la quatrième de couv’ qui relate une scène qui n’arrive pas avant plus de 110 pages, elle aurait pu être un peu plus évasive pour le coup mais l’enquête en elle-même est bien cocasse avec les « témoins trouvés ».

Dans l’ensemble j’ai bien souri tout au long de ma lecture et rigolé une fois, je ne comprends pas trop ceux qui ont taxé ce livre de lourd à cause de l’humour étant donné que la quatrième montrait bien ce à quoi on devait s’attendre. Bref, ce livre est chouette si vous voulez vous amuser après une dure journée ou des lectures plus complexes.

Ce livre compte pour le challenge de la Littérature de l’imaginaire.

8760376

Bonne lecture