Fantasy, Lectures

Dragon Blood, T1 : Le sang du dragon par Anthony Ryan

bloggif_5b8be8bf466a3

Editions Bragelonne

Ebook

Paru en 2017

 

Quatrième de couv’ :

À travers les vastes territoires contrôlés par le Syndicat du Négoce d’Archefer, rien n’est plus prisé que le sang des dracs. Ponctionné à même leurs veines, il est distillé en élixirs capables d’accorder d’incommensurables pouvoirs aux rares hommes et femmes connus sous le nom de Sang-bénis.

Mais une menace croissante pèse sur le Syndicat : les lignées de dracs s’affaiblissent peu à peu. S’ils viennent à s’éteindre, la guerre qui couve avec l’Empire corvantin voisin ne manquera pas d’éclater. Le dernier espoir du Syndicat réside dans la découverte d’une rare variété de drac, bien plus puissante que toutes les autres.

Claydon Torcreek, voleur de bas étage et Sang-béni clandestin, est enrôlé de force par le Protectorat et envoyé dans les entrailles du continent primitif d’Arradsie, sur la piste de cette créature légendaire. Lizanne Lethridge, vénéneuse espionne, doit quant à elle braver tous les dangers afin de mener à bien sa mission en territoire ennemi. Enfin, Corrick Hilemore, sous-lieutenant à bord d’un croiseur d’Archefer, se lance à la poursuite de dangereux pirates, sans se douter du péril qui le guette aux confins du monde.

Emportés par la valse des destins et des empires, du connu et de l’inconnu, tous trois devront lutter de toutes leurs forces pour inverser le cours de la guerre qui se profile… ou bien périr dans son sillage.

Lire la suite « Dragon Blood, T1 : Le sang du dragon par Anthony Ryan »

Fantasy, Lectures

Dragon Master, l’intégrale par Chris Bunch

1102-master_org

Editions Bragelonne

788 pages

Paru en 2011

Quatrième de couv’ :

La région située entre les royaumes instables de Deraine, Sagène et Roche est gouvernée à la pointe de l’épée par les hors-la-loi. Mais pour Hal Kailas, le seul pouvoir authentique est celui des Dragons.
Enfant, son rêve était d’apprendre à voler sur le dos d’un Dragon. La guerre va réaliser son voeu…
Pour la première fois, les redoutables Dragons sauvages sont devenus des armes vivantes, chevauchées par des hommes audacieux à l’ambition féroce.
Et le plus grand de tous ces Dragonniers n’est autre que Hal Kailas.

Mon avis :

En voilà un qui a trainé quelques années dans ma biblio avant que je l’ouvre et quelques mois qu’il « m’appelait », j’avais envie de dragons et je viens enfin de le terminer…je suis…déçue…. (Ouais…enfin il me donne ce que je voulais y trouver à peu près de la page 690 à 788…comment dire…).

Deux tomes où c’est juste la guerre et tactiques de guerre, innovation pour tuer le peuple ennemi etc bon…si vous êtes amateur du genre vous y trouverez votre compte mais moi…je voulais les dragons comme acteurs principaux, des bêtes intelligentes, sanglantes et qui crachent du feu partouuuuut et là rien, même pas une étincelle, ça me démangeait de rentrer dans le bouquin, me pointer devant l’un des bestiaux, lui craquer une allumettes sous le museau et « vas-y pépère, souffle ! ».

Bon, ok ils ne sont pas non plus adorables, tu peux te faire couper en deux d’un coup de dents ou arracher un bras, certes, mais il est décevant qu’ils soient utilisés comme de vulgaires montures pour faire la guerre, surtout au début.

La relation homme-dragon incarnée par Hal et Tempête s’étoffe un peu au fur et à mesure  de l’histoire, l’ingéniosité de notre héros et sa témérité l’amène à grimper les échelons dans l’armée jusqu’à devenir un haut gradé. Il rêvait gamin de voler à dos de dragon, le contexte politique l’exauce, mais après la guerre que reste-t-il…

« Ce que l’Homme ne sait pas plier à sa volonté, il le détruit », amer constat pour Kailas.

Le tome 3 m’a donc un peu plus intéressé, guerre terminée, Hal s’ennuie et devient mercenaire au début. Je commence à me fâcher « ça va pas recommencer zut » et ouf, il se rend compte rapidement que si la cause de la guerre était « honorable » le pays n’aurait pas besoin de financer des soldats pour se battre en son nom, commence donc l’aventure à la recherche des origines des dragons, d’où ils viennent et pourquoi ils s’échouent en piètre état sur les plages de Deraine, qu’est ce qui provoque leur migration ?

Lecture plus que mitigée malheureusement, si vous connaissez des livres avec des Dragons fous furieux utilisant, feu, griffes, crocs et des flots de sang (mais oui ça va bien ^^) je suis preneuse 😉

Heureusement que mes lectures suivantes sont plus entraînantes mais bon, ça arrive d’avoir quelques ratés !

Ce livre compte pour le challenge de la Littérature de l’imaginaire.

8760376

Bonne lecture

Fantasy, Lectures

Légendes Faës, Tome 1 : La chienne de l’ombre par Manon Elisabeth d’Ombremont

legendes-faes-tome-1---la-chienne-de-l-ombre-602528

Editions Lancelot

301 pages

Paru en avril 2015

Quatrième de couv’ :

Cette histoire n’est absolument pas féérique et n’a pas une fin heureuse. À peine donne-t-elle une morale. De toute façon, qui s’en soucie encore ?

Le passé n’apprend plus rien, puisque personne n’en tire des enseignements !

Vous tenez entre vos mains le récit de la chute des mondes, provoquée par une poignée d’êtres aveugles. Des acteurs aisément remplaçables, animés par leurs désirs futiles de vengeance, de pouvoir et de sang. C’est une course éternelle, un cycle condamné à se répéter.

Dans le nôtre, il n’aura fallu qu’une guerrière fomoire, un Seigneur noir, une reine Banshee et un dieu-dragon pour déclencher une fin programmée.

Ensemble, ils m’ont fait écrire l’Histoire en lettres de sang…

Mon avis :

J’ai acheté ce livre lors du festival des Trolls & Légendes en avril dernier. Pendant que Frédéric Livyns me dédicaçais son livre, sa p’tite voisine, notre futée Manon donc, m’a tout de suite accrochée par un « vous aimez les histoires de Fantasy non manichéennes ? » « Ouiiii » et voilà, un nouveau précieux avait rejoint ma PAL (oui, je suis faible ^^).

Pour le coup, si vous aimez les ambiances très noires et avez l’estomac bien accroché, ce roman est fait pour vous. Torture, viol, loi du plus fort sont les règles dans cette histoire.

On se retrouve dans la cour des Faës Unseelies qui composent la cour sombre, ennemis des Seelies. Les 2 principales héroïnes sont les princesses Melyan et Elyalë, filles du roi Unseelie Fenrir. Ne vous imaginez surtout pas de mignonnes petites princesses pour qui tout leur est dû, non. Fenrir n’en a rien à faire de ses filles, il est extrêmement cruel, beaucoup de ses héritiers sont morts, tuer par ses soins pour la plupart. Melyan est le fruit d’un viol avec une fée et Elyalë est le résultat d’un pacte avec la reine Banshee. Vous souhaitez une histoire d’amour ? Passez votre chemin, cette faiblesse n’a clairement pas sa place dans ce monde.

Tout commence avec le bannissement d’un dieu-dragon, Elcmar, ses pouvoirs lui sont arrachés par les autres dieux-dragons et il en sauve une parcelle confiée à son allié Fenrir. 1000 ans plus tard, Melyan et Elyalë seront les instruments du destin, manipulées par Elcmar qui prépare sa vengeance au péril de la bonne marche du Monde. Chacun protège ses intérêts en premier lieu, se fichant royalement de l’avenir du Monde.

Melyan est mi-fomoire mi-fée, son souhait est de devenir une grande guerrière pour devenir maitresse de son destin, son pouvoir de guérison la rend résistante face aux coups, les effaçant pour la laisser comme neuve. Son camarade Telbrin s’en donne donc à coeur joie pour la battre comme plâtre (pas par plaisir hein mais c’est comme ça, seuls les forts doivent survivre).

Elyalë est une magicienne, prise pour faible par son père et son peuple. Elle est également sous-estimée par le peuple ennemi, ce dont elle saura tirer avantage…Sa soeur est la seule en qui elle a confiance. Une fois Melyan prête en tant que guerrière, elle deviendra une protectrice et le bras armée « la chienne de l’ombre » de sa soeur Banshee.

L’histoire est sombre dans le texte mais également au sens littéral du terme, la cour Unseelie se trouve dans une grotte, son peuple est nyctalope, la lumière, arme des Seelie, les aveugle et les handicape dans les combats.

En bref, j’ai adoré ce roman, il s’est lu très vite, les actions et complots s’enchainent, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Si je devais émettre un bémol, c’est le prix du livre, 15 € pour un poche d’à peine 300 pages ça fait cher quand même. Mais c’est tout, le contenu lui est excellent tout simplement.

Le tome 2 est déjà dans les mains de l’éditeur, à paraitre en 2016.

Bonne lecture