Fantastique, Lectures "La tête dans les étoiles"

Les neiges de l’éternel par Claire Krust

th-2

Editions ActuSF

Collections Les 3 souhaits

Ebook

Paru en 2015

 

Quatrième de couv’ :

Dans un Japon féodal fantasmé, cinq personnages racontent à leur manière la déchéance d’une famille noble. Cinq récits brutaux qui voient éclore le désespoir d’une jeune fille, la folie d’un fantôme centenaire, les rêves d’une jolie courtisane, l’intrépidité d’un garçon inconscient et le désir de liberté d’un guérisseur.
Le tout sous l’égide de l’hiver qui s’en revient encore.

Mon avis :

Ce livre a été lu dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge et valide la catégorie « Les os/eaux de Davy Jones » du menu Automne frissonnant :

  • L’intrigue :

Être riche ne protège pas du malheur, c’est ce que va découvrir la famille d’un Daimyô. L’héritier tombe malade et meurt après de longs mois d’agonie et leur fille disparaît. Les neiges de l’éternel est l’histoire d’une destinée, celle d’une famille qui lentement va décliner au fil des décennies. Pourquoi seuls certains descendants voient le fantôme de la famille ? Où Yuki a-t-elle disparu ? Tant de questions dans un univers figé en hiver, plusieurs personnages faisant partie de la famille ou croisant sa destinée nous emmènent dans un récit touchant, plein d’une douce tragédie.

  • Un roman en cinq parties :

Chaque partie nous montre une personne proche ou moins proche de cette famille nippone mais le fil rouge reste l’hiver éternel et cette destinée sombre qui jamais ne relâche son emprise sur ce domaine.

La première partie intitulée « La fille qui chevauche » nous présente Yuki, une adolescente qui, pour sauver son frère, va fuir le domaine familial pour rechercher un guérisseur. Elle sait vaguement où le trouver et son périple sous l’identité d’un garçon (une légère inspiration de Mulan ?) va lui faire rencontrer Sayuri, courtisane dans une petite auberge sans envergure et Seimei, le fils du guérisseur tant convoité mais qui a renoncé à son art.

La deuxième partie intitulée « Le mort au pinceau » nous présente Shota, un jeune garçon qui souffre d’une maladie mystérieuse et qui converse avec le fantôme de la famille. On se trouve 50 ans après la tragédie concernant les enfants du Daimyô et le fantôme est le personnage principal de ce récit autant que le jeune Shota. Finalement, frère et soeur pourraient bien recommuniquer à travers le temps ?

La troisième partie intitulée  » L’enfant et la courtisane » nous fait retrouver Sayuri dans son auberge, la tête pleine de rêves mais une réalité morne où sa dette l’empêche de racheter sa liberté, condamnée à servir le désir des hommes et les faire consommer sous peine d’attiser la colère de l’aubergiste. Nous sommes 5 ans après sa rencontre avec Yuki alors qu’elle regrettait d’avoir donner à l’adolescent (n’ayant jamais su que c’était une fille) le bracelet que sa mère lui avait offert pour lui porter chance mais qu’il était censé lui ramener…Leur retrouvaille vont autant la ravir que la chagriner, que faire de cet enfant que Yuki lui abandonne ?

La quatrième partie intitulée « L’intrus dans la maison » nous amène un siècle après le début du déclin familial, un jeune homme passe en douce dans les murs d’un domaine à l’abandon. Il ne voit pas le fantôme avec les yeux comme Shota mais dans ses rêves. Il se trouve confronter à la folie de celui-ci et le temps l’a rendu dangereux, Takeshi devra faire preuve de prudence pour converser avec et on apprend qu’il est le petit-fils de Shota parti à la Capitale.

La cinquième partie intitulée « Le fils du guérisseur » nous ramène dans la montagne auprès de Seimei, le fils du guérisseur. Il a enterré son père et prend la fuite pour ne plus subir les attentes des habitants qui montent chercher des soins. Il est plein de rancune de ne pouvoir sauver les siens quand ils sont malades et tourne le dos à son don…mais un seigneur puissant l’oblige à revoir ses plans, sauver son épouse ou mourir.

En bref, j’ai beaucoup aimé cette lecture douce et amère à la fois dans ce Japon féodal fantasmé.

D’autres avis chez : AcherontiaBouchon des boisBlackwolfMeliChoupaille.

Bonne lecture !

68859101_719053795204742_3969961395520274432_n

5 réflexions au sujet de “Les neiges de l’éternel par Claire Krust”

  1. Ooooh que je suis contente qu’il t’ait plu celui-là ! Je cache mal tout l’amour que je porte à ce recueil et je crois que c’est un des rares livres de ma bibliothèque dont j’envisage un jour une relecture *.* . Après bon, la lecture c’est aussi une question de timing et je crois que celui de ce bouquin était parfait pour moi – poésie et magie sont tombées à point le jour où je m’y suis mise.
    C’était pas le genre que je voyais dans la catégorie Davy Jones, mais effectivement, il y tient hyper bien sa place ! J’espère que le PAC te réserve d’autres belles lectures 🙂 … et merci pour le lien ^^.

    Aimé par 1 personne

    1. J’aime bien cette habitude de partager les avis des copains 😊
      C’est vrai que je voulais d’abord lire un truc de pirate mais comme c’est super large dès qu’une lecture rentre dans le thème hop 🤓

      J'aime

  2. Le souvenir que je garde de cette lecture est un peu brumeux, je l’avoue. Mais je me souviens avoir apprécié sa poésie, et sa délicatesse. Le concept de ces cinq parties m’avaient plu, c’était une belle idée 🙂

    Aimé par 1 personne

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s