Lectures "La tête dans les étoiles", Science Fiction

#PLIB2018 : Sirius par Stéphane Servant

Editions du Rouergue

Collection Epik

 474 pages

Paru en 2017

#ISBN:9782812614330

 

Quatrième de couv’ :

Alors que le monde se meurt, Avril, une jeune fille, tente tant bien que mal d’élever Kid. Entre leurs expéditions pour trouver de la nourriture et les leçons données au petit garçon, le temps s’écoule doucement… jusqu’au jour où le mystérieux passé d’Avril les jette brutalement sur la route. Il leur faut maintenant survivre sur une terre stérile pleine de dangers. Stéphane Servant, avec tout son talent de conteur, nous plonge dans un univers post-apocalyptique aussi fascinant que vénéneux. Une lecture addictive !

Mon avis :

J’ai ouvert ce livre dans le cadre du PLIB et en lecture commune avec mon tandem de choc Caro :

  • Le contexte :

A force de rester sourd et aveugle aux signaux de détresse envoyés par la Nature, l’Être humain s’est condamné. La stérilité a frappé toutes les espèces vivantes, végétales, animales et humaines et comme l’être humain n’a jamais été capable de se regarder dans un miroir, il fallait un coupable. On évoque donc un virus, probablement propagé par les animaux – massacrés – puis par tous ces humains si différents – jusqu’à la folie hystérique poussant les Hommes à s’entretuer jusqu’au dernier ou presque. Les nations se sont effondrées dans ce qu’on peut appeler une IIIème Guerre Mondiale, et dans un dernier râle d’agonie des capsules de survie ont été lâchées un peu partout pour les rares survivants.

  • Les personnages :

Nos héros sont Avril et Kid. Avril est une adolescente et elle s’occupe de Kid un jeune garçon dont elle s’efforce de lui enseigner la lecture, l’écriture et les rudiments d’une bonne éducation pour qu’il soit « civilisé ». A la mort du Monde, Kid était un bambin, il n’a aucun souvenir de cette société que lui dépeint Avril désespérément. La préoccupation principale d’Avril est la nourriture, les enfants sont très maigres et la capsule qui les aide à survivre est presque vide, elle va devoir en chercher une nouvelle en évitant les dangers que représentent les rares survivants. C’est donc en allant chercher les dernières rations que le passé d’Avril s’invite de façon violente et les jette vers la Montagne, lieu de tous les mythes tissés par la jeune fille pour rassurer l’enfant.

Sur leur chemin, ils rencontreront de rares animaux et des humains peu recommandables, mais Le Conteur sera celui sur lequel ils pourront heureusement compter ce qui n’est pas un luxe. C’est un écrivain, il raconte la fin du monde et cherche à voir comment l’histoire va se conclure et son intuition (autrement dit Esope son âne ^^) le conduit à marcher sur les pas de ces jeunes qui sont la clé, il le sent.

Les Etoiles Noires, secte d’illuminés qui cherchent à tuer tout ce qui bouge pour plaire à Dieu. Le chef Darius est complètement fou et son obsession le fait marcher dans les pas d’Avril qui sera sa Juliette de gré ou de force…

  • Le contenu :

Même si la Montagne était un conte au départ, Kid y croit fermement et cette Foi lui fera rencontrer le chemin du fameux Sirius, un cochon. Autant dire que ce petit animal va provoquer énormément de convoitise auprès des survivants. Avril et Kid où la personnification de la Civilisation et de la Nature, l’enfant par sa candeur permet à Avril de lâcher prise sur ses croyances d’un monde civilisé là où Kid ne voit que de l’absurde et fait mouche avec ses mots d’enfant. Le mur qui entoure la Ville est la personnification de la peur et de l’égoïsme face aux autres et ça fait pas mal écho à l’actualité on ne peut le nier. Même si Avril et Kid s’interpellent en tant que Frérot et Soeurette, on sait rapidement qu’elle est noire et qu’il est blanc, ce sera l’occasion de parler du racisme et de ce que ce rejet peut entrainer comme violence en retour, sujet qui fait encore écho à notre actualité d’ailleurs.

Le livre est fait à rebours, on démarre du chapitre 69 et non pas du chapitre 1 comme d’habitude et l’explication vient avec ce décompte justement et c’est beau ^^

En bref, un livre qui m’a énormément fait cogiter sur notre société, il est actuellement dans mon top 3 pour le vote et même si c’est un livre du rayon ado il me semble que tout le monde pourrait le lire avec j’espère une bonne ouverture d’esprit sur notre monde et le désir de le changer avant qu’il ne soit trop tard.

Bonne lecture !

10 réflexions au sujet de “#PLIB2018 : Sirius par Stéphane Servant”

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s