Adolescent / Young Adult, Fantasy, Lectures

Les Chroniques des Fleurs d’Opale, T1 : La candeur de la rose, Partie 1 par Ielenna

les-chroniques-des-fleurs-d-opale,-tome-1---la-candeur-de-la-rose---partie-1-926156-264-432

Auto-édition (Graphein)

468 pages

Paru en 2017

 

Quatrième de couv’ :

Si seulement j’avais su combien ma vie allait basculer. Comment l’enfer m’aurait enchaînée. Si seulement j’avais pu entrevoir les rouages du destin. Les rencontres comme les pièges, les obstacles comme les révélations. Si j’avais su mieux distinguer bontés et malveillances. Amours, amitiés ou loyautés. Cette histoire serait toute autre. Mon histoire. Preuve que même les Dieux ne peuvent tout savoir. Rare rescapée du massacre de son village natal, Diphtil, une jeune fille du peuple de l’Air, est sauvée en territoire ennemi grâce au symbole étrange qu’elle porte sur le front. Elle serait la cinquième fille de la Déesse Aveugle. Séquestrée dans un monastère et manipulée par le prêtre Sarïn qui compte la livrer au roi une fois ses pouvoirs éveillés, elle est libérée par son frère, Naid, qui la persuade de partir avec lui. Sauf que les terres de l’Edenor sont semées de dangers et que la cruauté de certaines personnes, hantées par la haine et la guerre, s’oppose à la candeur de Diphtil, avide de découvrir ce monde dont elle a si peu joui. Mais avant tout, elle veut échapper à son destin. Est-ce possible, lorsque l’on est vouée à devenir une Déesse ?

Mon avis :

J’avais participé à la campagne Ulule pour ce livre et son tome compagnon, le Salon fantastique de Paris étant dans 15 jours, c’était une bonne occasion pour le sortir :

On commence l’histoire avec Diphtil et Naid qui jouent dans leur village soudainement attaqué par les Humains. Pour autant, les Neltiads sont un peuple humanoïde, ce qui les distingue sont des yeux violets et des tatouages sur les avant-bras de naissance…sauf Diphtil qui a une marque sur le front et les bras vierges. Alors qu’elle trouve refuge dans un monastère, sa marque la distingue comme incarnation terrestre de la grande déesse Dorina mais les intentions de Sarïn, le prêtre, se révèleront moins altruistes plus tard. 11 ans se passe dans la solitude du cloitre où Diphtil est enfermée avec pour seul ami Astiran, apprenti forgeron, puis son jeune frère Naid fait sa réapparition et l’aventure commence. Yasalyn va bientôt rejoindre la troupe, mercenaire à la solde de Sarïn, chargée de ramener Diphtil (et les pouvoirs qui vont survenir avec sa majorité) à l’empereur du Royaume d’Edenor.

Dans ce monde créé par l’autrice, les dieux (au nombre de cinq) ont chacun un descendant incarné de chacune des quatre races présentes + Dorina qui marque un être de son choix comme Diphtil. On ne verra pas dans ce volume le peuple du désert qui sera certainement exploité plus tard, on se concentrera donc sur le conflit entre Humains et Neltiads puis les Ondines (sirènes). A côté de ça il y a quelques créatures et de la magie.

Le style extrêmement lourd et pompeux a rendu ma lecture très pénible, j’avais vraiment beaucoup de mal à lire 2 chapitres d’affilée et j’ai trainé ce bouquin pendant les 2 semaines qu’ont duré mes vacances, moi qui voulais prendre de l’avance et écluser ma PAL au maximum c’est raté. Le pire c’est qu’il n’y avait aucune raison valable d’utiliser un style aussi sophistiqué et ancien vu que ce sont tous des jeunes entre 17 et 22 ans de milieux sociaux pauvres, même si Diphtil a été éduquée dans un monastère à partir de ses 11 ans jusqu’à ses 22 ans, je ne vois pas pourquoi elle oublierait à ce point de parler normalement à son frère ou ses amis…Pour avoir une idée du niveau de langage utilisé, j’ai relevé quelques mots utilisés « obvier » « convoluter » et « oaristys »….saurez-vous me donner les définitions sans chercher dans un dico ???

L’autre incohérence de taille, c’est l’âge de Yasalyn, 17 ans pour une catin et mercenaire ??? Elle est suffisamment badass pour avoir minimum 25-28 ans au bas mot et Naid aussi. Ce sont d’ailleurs les personnages les plus intéressants qui ont le plus de secrets et une psychologie bien travaillée. Même si Diphtil est le personnage principal, c’est plus un boulet qu’autre chose dans le groupe mais elle évolue à la fin d’une façon qui laisse présager que la gourde naïve est morte et enterrée ce qui donne à penser que la suite pourrait être plus intéressante pour suivre ce personnage peut-être pas aussi lisse que cela.

En bref, pour l’instant je ne suis pas encore hyper emballée, après avoir lu des avis hyper positifs, personnellement j’en retiens un style beaucoup trop étouffant qui me freine pour ouvrir la suite (impensable en dehors de période de vacances clairement), j’ai beau avoir suivi un cursus littéraire et me lire les doigts dans le nez un Princesse de Clèves ou Les liaisons dangereuses, énormément de mots étaient absolument inconnus au bataillon dans ce bouquin à tel point que j’avais limite l’impression d’avoir besoin d’un dico à chaque page…et l’âge de Yasalyn et Naid est totalement hors contexte, 25 ans serait beaucoup plus crédible pour le passif qu’ils ont (et c’est le minimum que je leur donnerai) même si à Naralir Yasalyn avait l’air rattrapé par son âge et se la jouait un peu capricieuse…A côté de ça quelques mystères donnent tout de même envie de donner sa chance à la 2ème partie de l’histoire donc à voir.

Bonne lecture !

7 réflexions au sujet de “Les Chroniques des Fleurs d’Opale, T1 : La candeur de la rose, Partie 1 par Ielenna”

    1. Encore rien d’officiel mais c’est avec l’appli Booktubers App qui est en train de former un jury pour créer un prix de littérature imaginaire des blogueurs j’avais relayé l’info sur Facebook et les inscriptions sont jusqu’au 31 octobre si tu veux avec les conditions expliquées

      Aimé par 1 personne

  1. J’avoue que ces mots me sont inconnus ^_^ C’est dommage d’alourdir une histoire qui aurait pu être agréable à lire avec un style moins pompeux !
    Catin et mercenaire à 17 ans 0_o Ah ouais, quand même… Elle est du genre précoce la gamine dis donc 😀
    Bon, j’ai trop de taf livresque pour m’accrocher à cette bien jolie couverture pourtant, dommage…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s