Lectures "La tête dans les étoiles", Science Fiction

Les Hommes dénaturés par Nancy Kress

Editions ActuSF 22.01.2021

Quatrième de couv’ :

2030. La fertilité a chuté dangereusement. La vieillesse est devenue la norme, et les jeunes de précieuses ressources nationales.

Dans ce nouveau contexte mondial, la descendance devient une obsession.

Shana, orpheline, voit ses rêves d’intégrer l’armée voler en éclats lorsqu’elle entrevoit ce qu’elle n’aurait pas dû. Lancée dans une quête acharnée pour retrouver sa place, elle croise la route de Cameron, danseur de ballet qui n’a eu d’autre alternative que d’effacer délibérément sa mémoire. Ils trouveront secours auprès du scientifique Nick Clementi, qui craint d’avoir mis le doigt sur une grande conspiration.

Commence alors pour chacun d’entre eux un combat pour rétablir la vérité.

Jusqu’où est-on prêt à aller lorsque les enfants manquent à l’humanité ?

Mon avis :

Merci à Jérôme Vincent et Astrid Biry des Editions ActuSF pour cet envoi.

  • L’intrigue :

Nous sommes en 2034 aux Etats-Unis. Cela fait plusieurs années que sévit une crise majeure mondiale de la fertilité due à la pollution et cette obsession de la descendance rend les couples prêts à tout pour avoir un enfant et certaines personnes l’ont bien compris…

La jeune soldate Shana Walders effectue son service national et découvre quelque chose de spécial par accident lors d’une mission. Cameron Atuli est un jeune danseur de ballet très doué qui a demandé à ce que sa mémoire soit effacée suite à un trauma dont il n’a plus le moindre souvenir et Nick Clementi est un vieux médecin de plus de 70 ans atteint d’une maladie cérébrale qui lui laisse 3 mois à vivre. Apparemment, rien ne les prédestine à se croiser et pourtant, les évènements vont les faire se rencontrer et s’entraider pour tenter de faire changer le monde.

  • Les personnages :

Shana Walders est une jeune Appelée de 19 ans qui fait son service national et espère ensuite intégrer l’armée américaine. C’est une tête brûlée bien trop brute de décoffrage pour son propre bien et suite à son témoignage au Capitole devant les huiles militaires et scientifiques après l’incident du train, son avenir tout tracé se voit stopper net. Sa mission qui se déroulait dans un quartier de Washington, consistait à aller chercher les animaux domestiques avec les civils qui le souhaitaient suite à l’accident. Celui qu’elle accompagnait l’a semé pour récupérer quelque chose. Quand elle réussit à le rattraper, elle aperçoit le contenu de la cage qu’il tient entre les mains, 3 petits singes avec des visages et des mains d’humain. Shana fera tout pour prouver ses dires et obliger l’administration militaire à la réintégrer dans l’armée.

Nick Clementi est médecin au Centre Médical des Docteurs Volontaires et âgé de plus de 70 ans. Il est également un membre du Comité Consultatif auprès du Congrès pour les Crises Sanitaires qui se trouve dans une tour d’immeuble anonyme pour éviter les journalistes et autres espions. Il va se trouver face à une image qui représente ce qu’a vu Shana avant l’explosion du wagon où s’est précipité son civil avec la cage de singes. Il comprend tout de suite à quoi il a affaire, cela s’appelle la vivifacture qui consiste à faire pousser des cellules humaines sur des animaux pour des greffes futures, mais le type d’expérimentation rapportée par Shana est interdite, du moins selon la loi. Qui peut s’amuser à créer des simili d’humains et comment s’y prennent-t-ils pour ne pas être repérés par les autorités ? Il va prendre Shana sous son aile pour l’aider tout en se préparant à mourir, car il est atteint d’une maladie, le Mycosis fongoïde qui s’étend peu à peu et commence à lui ronger le cerveau, il lui reste 3 mois avant de plonger dans le coma pour ne jamais se réveiller.

Cameron Atuli est premier danseur de ballet dans une compagnie et vit avec les autres élèves à Aldani House. Il a 22 ans et sa mémoire a été effacée à sa demande par des médecins suite à un trauma, ne lui reste que des cauchemars et des cicatrices. Les élèves ne doivent rien lui dire et laisser Cameron repartir de zéro. Mais voilà, ce passé qu’il voulait tant oublier le rattrape un soir sous la forme d’une jeune femme qui s’introduit dans sa loge pour lui demander ce que son visage faisait greffé sur la tête de bébés singes. Sous le choc, Cameron va devoir faire face à ce qu’il souhaitait oublier, son agression et ce qu’il a vécu dans un laboratoire clandestin. Son petit ami Rob va lui fournir les éléments dont il est au courant mais pour le reste, Cameron et Shana devront se débrouiller seuls.

  • Une population qui vieillit :

La crise de la fertilité qui frappe le monde a plusieurs conséquences, mais nous nous intéresserons uniquement au cas des Etats-Unis, là où se déroule le récit :

Tout d’abord, il y a une crise sociale sans précédent : 1 américain sur 4 à plus de 70 ans, la pyramide des âges s’inverse inexorablement. Cela signifie de moins en moins d’actifs pour de plus en plus de retraités. Les retraites s’amoindrissent, les fonds de pension font banqueroute ainsi que les mutuelles. La rébellion des contribuables a été violente avec deux ans de chaos, ce que l’on a appelé le Basculement, obligeant l’instauration d’une loi martiale pour apaiser le tout et l’élaboration d’un nouveau système social basé sur la Responsabilité partagée. Les actifs sont pressurés au maximum jusqu’à la moitié de leur salaire les obligeant à travailler d’autant plus, sans aide de l’état pour la garde des enfants, permettant un système vicieux d’adoption des enfants des pauvres (souvent de couleurs) vers les couples stériles riches (souvent blancs).

La deuxième crise révélée par ce manque de fertilité est celle du besoin de descendance. Pas tous certes, mais énormément de couples et surtout de femmes sont prêts à tout pour obtenir l’enfant désiré. Marché noir, rapt, adoption, insémination pour ceux qui ont les moyens mais avec des taux de réussite très faibles et toujours, une baisse continue des naissances. Les jeunes sont une ressource nationale précieuse, ceux qui accèdent au statut de grand-parents sont vus comme des chanceux et suscitent l’envie. En l’absence de possibilité de materner, beaucoup de femmes se promènent avec des landaus contenant des chiots ou des chatons habillés en bébé et vu comme des substituts, ce besoin viscéral mène loin avec l’exemple d’une femme qui s’est suicidée après la mort de son lapin de compagnie. C’est la porte ouverte aux vautours prêts à tout pour se faire de l’argent face à ce besoin viscérale de pouponner.

Et dans ce monde où la fertilité masculine est drastiquement maigre, il y a un autre effet pervers de cette Responsabilité partagée, l’homosexualité masculine est proscrite et les agressions ne seront certainement pas sanctionnées, on a plusieurs aperçu du fonctionnement de ces « casseurs d’homo » et le vocabulaire qui va avec. Vu le contexte éducatif de Shana, c’est sans surprise qu’on la trouve homophobe avec des termes tel que pédé ou tarlouze qui parsèmeront votre lecture dès qu’elle est en contact avec Cameron, vous êtes prévenus.

En bref :

Dans notre XXIème siècle, les problèmes de stérilité sont pas mal récurrents ainsi que l’inquiétude autour des perturbateurs endocriniens. Nancy Kress pousse le curseur à fond pour imaginer un monde conséquent à ces perturbateurs si on continue à fermer les yeux sur l’usage des plastiques, insecticides et autres produits polluants qui remplissent nos nappes phréatiques et nos océans, on les respire, on les boit et bon appétit bien sûr ^^

D’autres avis chez : Maki, Le Chroniqueur, Ombrebones, Boudicca, Celindanae.

Bonne lecture !

10 réflexions au sujet de “Les Hommes dénaturés par Nancy Kress”

  1. Merci de m’éclaircir sur ce roman dont je connaissais titre et autrice sans avoir pris le temps d’analyser le propos. Je l’ajoute de ce pas à ma liste d’envies car ce sont des sujets qui m’intéressent énormément.

    Aimé par 1 personne

  2. Alors euh… je l’ai lu. Enfin, il semblerait, en tout cas c’est ce que j’ai noté et le titre (et l’ancienne couverture) me parle. Mais je n’en ai sinon aucun souvenir. Pas vaguement : rien du tout. À ce point-là, c’est rare et un peu effrayant. Surtout que j’ai l’air d’avoir plutôt apprécié. Mais je ne pourrai pas commenter de manière plus constructive. ^^’

    Aimé par 1 personne

    1. Bon tu es le 2e à me dire que ce n’est pas une lecture inoubliable bien au contraire, pas grave ça a fait le taf sur le moment 😁 c’est bien tout ce qu’on demande à un livre, nous divertir ☺️

      J'aime

  3. Lu il y a longtemps aussi. Clairement perfectible sur l’intrigue mais j’avais trouvé son travail d’anticipation très réussi (sauf pour le fait qu’on utilisait des cabines téléphoniques pour accéder à Internet mais bon elle ne pouvait pas tout prévoir non plus xD)

    Aimé par 1 personne

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s