Fantasy, Lectures "La tête dans les étoiles"

La Maîtresse de guerre par Gabriel Katz

th

Editions Scrinéo

Ebook

Paru en 2014

 

Quatrième de couv’ :

Dans le même univers que celui du Puits des mémoires, Kaelyn, fille d’un maître d’armes, rêve de reprendre le flambeau paternel, tandis que les autres filles de son âge rêvent d’un beau mariage. Elle a le talent, l’instinct, la volonté. Elle ne demande qu’à apprendre. Mais cela ne suffit pas : c’est un monde dur, un monde d’hommes, où la place d’une femme est auprès de son mari, de ses enfants, de ses casseroles. Il va falloir lutter. Elle s’engage donc dans cette grande armée qui recrute partout des volontaires pour aller se battre au bout du monde. Des milliers de soldats partis « libérer » le lointain sultanat d’Azman, plaque tournante de l’esclavage, terre barbare où règnent les cannibales. Dans la violence de la guerre, elle veut acquérir seule ce que personne n’a voulu lui enseigner. Mais le grand sud, plongé dans le chaos de l’invasion, va bouleverser son destin bien au-delà de ses attentes…

Mon avis :

Le Gaby, on le lit en LC chaque 1er semestre avec Lutin depuis maintenant 3 ans, l’an prochain on pourra donc se faire son dyptique Le pacte des ombres et on sera à jour ^^

  • L’intrigue :

Il était une fois dans le Nordland, un couple qui avait du mal à avoir un enfant, un jour, après 15 ans d’attente, l’heureux évènement vint, mais quand le maître d’armes trouva le village avec la mine sombre à son arrivée une angoisse lui monta à la gorge, l’enfant ou la mère étaient-ils morts ? Non, pire selon ses concitoyens, l’héritier tant attendu…était une fille, Kaelyn.

Ambiance.

Heureusement, Horn, le cher papa n’avait rien à fiche du sexe de l’enfant, garçon ou fille, c’était son gosse et il lui apprendrait son métier, point. Kaelyn appris donc le métier de maître d’armes mais avant que sa formation soit terminée, son père cassa sa pipe (décidément on se croirait chez Disney ^^), son sexe lui fut donc renvoyé à la figure et toutes les portes se fermèrent. Qu’à cela ne tienne, soldat elle veut être, soldat elle serait et part s’enroler dans l’armée des Libérateurs, direction Azman, territoire de l’esclavage et du cannibalisme.

A peine un orteil posé sur ce continent que son escouade est décimée et Kaelyn embarquée en tant qu’esclave du Maître de guerre, Hadrian. Elle va rapidement se rendre compte que les barbares ne sont pas forcément ceux qu’elle croyait.

  • Un monde que l’on connait bien :

Gabriel Katz a créé un monde de fantasy dans lequel il aime faire vivre ses personnages et nous montrer mine de rien la politique des différentes régions qu’il nous dévoile au fur et à mesure de ses romans avec leurs cultures et leurs religions.

A Azman, on est dans un monde clairement oriental autant dans la vêture que dans les noms des personnages, les titres et l’armement ainsi que l’architecture. Si vous êtes familiers des livres de Gabriel Katz, vous ne serez donc pas dépaysés et saurez remettre les noms évoqués de la Goranie, Woltan et Les Communes.

  • La guerre c’est moche :

Lors de son embarquement, Kaelyn avait rejoint l’armée des Libérateurs pour les idéaux véhiculés, l’arrêt définitif de l’esclavage et apporter la civilisation à un peuple barbare pratiquant le cannibalisme.

Lors de son arrivée Kaelyn va se retrouver confronter à un véritable choc des cultures et une remise en question profonde de ses convictions. Certes l’esclavage est bel et bien pratiqué à Azman mais le cannibalisme ? Rien à l’horizon. L’architecture du pays est très raffiné, son maître est riche et marié à la nièce du Sultan alors qu’il est étranger comme elle, pas vraiment ce qu’elle attendait d’un peuple barbare ou n’importe qui peut avoir sa chance quelque soit son origine. Lors d’un attentat contre sa maîtresse, elle sera la seule à affronter les mercenaires ce qui lui vaudra sa liberté mais comme tout le monde l’avait rejeté dans son pays d’origine, elle propose au maître de guerre de la prendre pour élève, il refuse d’abord mais Kaelyn saura le persuader.

En parallèle, les massacres des « Libérateurs » la font pâlir d’horreur, les barbares clairement ne sont pas dans Azman avec elle. Viols, meurtres, pillages, les Rouges comme les appellent les autochtones dévalisent et détruisent tout sur leur passage. Ils sont accompagnés par un peuple extrêmement primitif et guerrier, les Waegs, des tueurs qui se liment les dents en pointe et se battent entre eux pour de la nourriture, un vrai cauchemar.

Le sexisme par contre, Kaelyn y sera confronté dans les deux pays tout n’est pas parfait à Azman non plus avec l’esclavage. Et pour toucher un mot sur Hadrian, bon il est pas mal comme maître d’apprentissage mais un coup de poing dans la gueule lui aurait été bénéfique à un moment donné surtout avec l’explication fumeuse qu’il a sorti ^^ voilà voilà, comprendra qui aura lu…

En bref, si vous cherchez un livre de fantasy simple et direct c’est chez Gaby qu’il faut piocher, toujours efficace dans le rythme et le scénario, chaque roman se lit rapidement (d’ailleurs, j’ai dit LC avec Lutin mais en réalité elle m’a laissé sur place lol j’avais un lointain panache de fumée difficile à suivre ^^). On a toutes les deux adoré la fin qui conclut parfaitement ce one-shot avec humour (noir) ^^.

L’avis de Lutin

Bonne lecture !

14 réflexions au sujet de “La Maîtresse de guerre par Gabriel Katz”

  1. C’est le premier Katz que j’ai lu, et je me rappelle avoir tout bonnement adoré. Kaelynn est fantastique, d’ailleurs j’avais pris un plaisir monstre à la retrouver dans La Part des Ombres. En ayant lu toutes les séries fantasy de Katz (sauf le dernier tome de La Part des Ombres), je ne saurais dire laquelle à ma préférence, car il ne m’a encore jamais déçu. Mais retrouver une touche de Maîtresse de guerre, une touche du Puits des mémoires et enfin un sacré personnage d’Aeternia dans La Part des Ombres, ça envoie du lourd.

    Aimé par 1 personne

  2. ce n’est pas ma faute, si tu j’avis pris de l’avance…. j’ai des insomnies, et la leivre a été parfait. D’ailleurs, c’est moi qui ait suivi ton panache de fumée pour la publication de la chronique.
    Je l’approuve à 100%, comme tu le sais. Nous étions sur la même longueur d’onde.

    Oui, il nous reste la Part des Ombres, l’année prochaine, mais aussi La nuit des cannibales. 😉
    D’ici, là, je pense que l’ami Gaby aura enrichi notre bibliopgraphie. 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. C’est ça qu’est bien en suivant la foule à distance, on peut lire ses livres tranquillou d’un bloc alors que les autres ont subi l’attente entre deux volumes 😎

      Oui c’était une excellente lecture, toujours simple mais toujours efficace

      Aimé par 1 personne

    1. Celui-là est peut-être le moins apprécié de tous et c’est son premier donc une bonne porte d’entrée si on n’a pas un poil d’exigence et qu’on souhaite juste du divertissement

      J'aime

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s