Lectures, Science Fiction

Rouille par Floriane Soulas

Couverture-rouille_une

Editions Scrinéo

384 pages

Paru en 2018

 

Quatrième de couv’ :

Paris, 1897. Les plus grandes puissances européennes se sont lancées à l’assaut de la Lune et de nouveaux matériaux découverts sur le satellite envahissent peu à peu la Terre. Ces grandes avancées scientifiques révolutionnent l’industrie et la médecine, mais pas pour tout le monde. Et dans les faubourgs, loin de l’hyper-centre protégé par le dôme sous lequel vivent les puissants, le petit peuple de Paris survit tant bien que mal. Violante est une prostituée sans mémoire, ignorant jusqu’à son âge réel. Dans un monde où son désir de vérité passe après celui de ses clients et de ses patrons, la jeune fille tente de retrouver la trace de ses origines perdues. Alors qu’une vague de meurtres particulièrement horribles ensanglante la capitale, Satine, son amie et seul soutien, disparait dans d’étranges circonstances. Violante, elle, se voit offrir une porte de sortie à ce demi-monde violent qui la retient prisonnière, mais décide malgré tout de prendre part aux investigations.

Mon avis :

Voici l’un des achats des dernières Imaginales qui n’a pas tardé à sortir de ma PAL, qu’en ai-je pensé ?

  • Le contexte :

On se trouve dans le Paris de la Belle époque mais oubliez les belles robes et l’Exposition universelle, là on se concentre sur la misère et la population qui la compose : les prostituées, les proxénètes et autres vendeurs de drogues ainsi que les orphelins. Des cadavres sont retrouvés mutilés et on ne peut qu’associer ce tueur en série à son contemporain londonien qui n’a jamais été retrouvé…Le tout est patiné d’une légère couche de steampunk avec des inventions de prothèses, améliorations d’animaux et de machines avec des matériaux venus de la Lune.

  • Les personnages :

Notre héroïne principale est Violante, amnésique et prostituée aux Jardins mécaniques, une maison close où fricotent des hommes assez puissants. Son statut de favorite lui voue la jalousie de ses consoeurs et elle est très seule. Sa seule amie ayant été renvoyée dans la rue car droguée, Violante rejoint en douce Satine puis lui apporter à manger en échange d’informations sur son passé nébuleux. Violante se sent redevable de Satine et quand cette dernière disparait puis est retrouvée morte et mutilée, c’est tout naturellement qu’elle propose aux proxénètes, Léon et Jules de les aider à enquêter car son statut lui ouvre certaines portes…

Léon est donc le patron de Violante, en plus du proxénétisme il arrondi ses fins de mois en vendant de la drogue. L’apparition d’une drogue concurrente hyper addictive lui fait du tord en plus du meurtre de ses filles, il veut trouver le responsable ou tout du moins des informations, il sera aidé en cela par Jules, son bras droit, ancien gamin des rues et petit mécano aux doigts d’or à l’occasion. 

Le Comte de Vaulnay est un riche client de Violante qui en demande l’exclusivité et paie cher pour cela, il a fait fortune avec un minerai lunaire et tente de s’associer à la police parisienne en proposant ses animécas, des chiens transformés en machines à tuer. Il porte une prothèse extrêmement évoluée que seule la population riche peut s’offrir.

  • Le style & le récit :

Première chose, c’est bien écrit. L’autrice pose les jalons de son histoire dès la quatrième, on sait où on se situe et le contexte économique à l’instant T, les dernières innovations venant de l’exploitation de la Lune et qui en profite. Le texte est fluide, l’ambiance sombre est accentuée par le fait que l’action se déroule presque exclusivement entre le crépuscule et l’aube, s’ajoute à cela une touche de glauque dans les petits détails qui parsèment les scènes de crime et à la morgue ainsi que les petits tours dans les souterrains et autres catacombes.

Comme beaucoup j’aurais un petit bémol pour la crédibilité de Léon et Jules en tant que proxénètes, ils sont tellement sympas ^^ elle essaie bien de les rendre un peu bourrus surtout Léon mais on sent que l’autrice aime bien ces deux personnages et n’arrivent pas à en faire de bons gros salauds ^^ pour ce rôle, P’ti Louis est bien plus réaliste. Pour le côté « super mécano » de Jules par contre je n’ai pas été choquée, j’ai déjà vu passer beaucoup de témoignages de gens qui bricolent des trucs de fous après le boulot en total autodidactes (par contre de là à faire de la chirurgie heu…^^). Pour finir, je ne m’explique pas comment nos deux larrons ne sont pas morts de septicémie après avoir subi des blessures ouvertes et pataugé dans la merde (littéralement) ^^ mais je les aime bien quand même.

En bref, j’ai beaucoup aimé ce livre malgré la petite faiblesse notée sur les proxénètes et leur santé de fer. L’atout de ce roman est d’être un one-shot ce qui est suffisamment rare en SFFF pour être noté, j’ai hâte d’avoir un nouveau projet de l’autrice entre les mains après cette première expérience.

D’autres avis chez : Plumes de luneCélindanaeBoudicca.

Bonne lecture !

6 réflexions au sujet de “Rouille par Floriane Soulas”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s