Lectures, Thriller / Polar / Policier

J’agonise fort bien, merci par Oren Miller

jagonise

Editions de l’Homme sans nom

Ebook (dispo en papier)

Paru en 2016

 

Quatrième de couv’ :

Sainte-Marie-La-Grise. Son cadre exceptionnel près de la côte d’émeraude en fait une destination de vacances des plus prisée. De magnifiques paysages, un mystérieux folklore breton et des morts qu’on a aidés à trépasser raviront les plus aventureux d’entre vous. Profitez de l’hospitalité chaleureuse des habitants qui sauront vous mettre à l’aise. Afin d’apprécier pleinement votre séjour, veillez cependant à respecter trois règles : 1.Ecoutez toujours les murmures de ceux que vous ne voyez pas. 2. Gardez-vous des créatures sinistres qui frappent avant d’entrer. 3. Soyez sage. Très sage.

 

Mon avis :

Une petite lecture commune avec Caro qui me faisait très envie depuis un bout de temps et dont Fann a fait une chronique plus que tentante :

Un dame fortunée meurt et Evariste, son notaire, aidé de son nouveau commis, Isabeau, vont préparer la succession mais une chose en entrainant une autre, la crise cardiaque se transforme en empoisonnement et ils mènent l’enquête.

Les dialogues entre Evariste et Isabeau sont remplis de piques délirantes qu’on a adoré et il n’y en a pas qu’entre eux, je me souviens de la scène de la dinde avec Henriette et le notaire qui était absolument savoureuse. Les femmes ont toutes un côté plus ou moins sorcière, une aura forte surtout pour Camélia et Catherine (même si cette dernière est morte). Agathe parait étrange, très éthérée, pendant longtemps on va s’imaginer quelques petites choses sur son compte. L’éthique très, heu, adaptable d’Evariste fait bien avancer les choses ^^

Ce livre est avant tout porté par son ambiance sombre mâtiné de folklore breton avec les fées. En parallèle, le côté plus terre à terre du fric et des malversations ancre l’histoire dans notre réalité. Pendant un moment on oscille entre le côté polar et polar fantastique et la fin se révèle surprenante. Avec Caro on n’avait rien vu venir ce qui est super.

Coup de gueule à la Maison d’édition pour toutes ces coquilles tout au long de la lecture et on ne parle pas d’une petite faute d’accord de temps à autre, non, mais de mots en trop ou en moins dans les phrases t’obligeant parfois à relire la ligne parce que tu es gêné dans ta compréhension. Ayant le ficher numérique je pensais que c’était un souci de format mais ma comparse de lecture qui a payé 20€ le grand format a soulevé le même souci ce qui fait beaucoup plus suer quand même…

En bref, une lecture super agréable avec des réparties de dingue qui te donnent follement envie d’avoir la même. Un bémol pour les coquilles qui ne m’empêchent pas de souhaiter découvrir au plus vite le T2 en espérant que cette bévue a été réparée (au pire je candidate pour être correctrice ^^).

Bonne lecture !

Ce livre compte pour le Challenge A la recherche de Faërie lancé par Maureen.

11 réflexions au sujet de “J’agonise fort bien, merci par Oren Miller”

  1. Oho!
    Je me demandais si j’allais le lire un jour ou pas. J’ai ma réponse et un challenge féérique à honorer le printemps prochain. Cela me fait donc du coup déjà 2 livres qui me permettront de participer.

    Aimé par 1 personne

  2. Le titre me fait penser au roman que je viens de finir « Nous allons tous très bien, merci » de Daryl Gregory (génial d’ailleurs ^^).
    Je l’ai dans ma PAL et me le garde pour la session 2018 du Challenge Printemps Elfique ! Grâce à toi, je sens qu’il va me faire passer un bon moment, merci 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s